BURUNDI, 1 AN APRES LE PIEGE ETHNIQUE (2016)

Au bord du lac Tanganyika, on trouve le Burundi, un petit pays pauvre. Son président Pierre Nkrunziza a été nommé à la suite d’accords de paix en 2005 après dix ans de guerre civile. Il règne depuis onze ans sans que l’opposition ne puisse dire un mot et sa dernière élection a soulevé la rue, entrainé une tentative de putsch, puis une répression sanguinaire. Nous y étions. Depuis tout a empiré. Plus de presse libre, plus de société civile et des ex-manifestants pourchassés sans relâche. La FIDH, l’ONU, les Etats-Unis, l’Union Européenne dénoncent l’usage systématique de la torture, des viols, des exécutions sommaires. On compterait pas moins de 500 assassinats politiques en un an. C’est beaucoup, mais le seuil de tolérance de la communauté internationale n’a pas encore été atteint. Le pouvoir autour du président veille à ne pas dépasser trop les limites tout en continuant à accentuer sa mainmise et à préparer le changement de constitution qui permettra la présidence à vie et la fin des accords de paix qui garantissait une place significative à la minorité tutsi dans les administrations.

Journaliste : Charles Emptaz – Caméra : Olivier Jobard – Montage : Xavier Gaillard

Arte – 24′ – 2016